Dossier : entretenir et contrôler son équipement de randonnée

Passer en revue votre équipement

Je vous invite aujourd’hui à passer en revue votre équipement afin de commencer la saison sereinement. Votre tente est restée dans son sac de rangement durant une longue période ? Pareil pour votre sac de couchage ? Dans quel état est l’imperméabilité de votre veste de pluie ?

Toutes ces questions ont un sens. Faire un check de son équipement avant de le réutiliser plus régulièrement vous évitera de mauvaises surprises… Même si un kit de réparation pourra faire l’affaire sur le terrain, le but est quand même de ne pas avoir à s’en servir.

On va donc passer en revue:

  • La tente
  • Le sac de couchage
  • Les vêtements et accessoires imperméables
  • Les chaussures
  • Le sac à dos
  • Le kit de réparation

Vous trouverez pas mal de vidéos en anglais qui sont tout à fait compréhensible même pour les moins anglophone d’entre vous ! Je remercie au passage backpacker.com pour la qualité de leur travail.

La tente :

En premier lieu, il est important de savoir que l’équipement de randonnée en général, n’aime pas être comprimé, et c’est le cas tout particulièrement de la tente. A moins d’avoir pas mal de place chez soi pour la suspendre, elle reste dans la grande majorité des cas comprimée dans son sac de rangement. Si elle reste longtemps comme cela, il se peut que des points de fragilité se créent…C’est bon à savoir.

Les arceaux :

Ils obtiennent leur souplesse de courbure par leur assemblage : c’est la longueur assemblée qui leur donne de la souplesse, un brin seul est relativement cassant.

Commencez par contrôler tous les brins un par un afin de détecter d’éventuels chocs qu’ils auraient pu subir. Profitez-en pour les dépoussiérer à la soufflette ou bien avec un chiffon humide. Contrôlez également l’élastique qui les maintient ensemble car avec le temps, les conditions de stockage ou d’utilisation, il peut s’altérer voir, se casser.

En cas de rupture, pas de panique, vous allez pouvoir utiliser le petit tube en aluminium vendu avec le kit de réparation de votre tente:


Toile extérieure :

Element essentiel de votre protection, il est très important de l’inspecter méticuleusement.

Dépliez-là et commencer à inspecter les coutures. En premier, celles qui assemblent les panneaux de tissu entre eux, puis celles qui maintiennent les sangles qui servent aux sardines. Si jamais elles sont détériorées et que vous êtes une quiche en couture, vous pouvez suivre ce lien ou encore celui-ci (si vous voulez aller plus loin). Généralement la qualité des coutures est relative à la qualité de la tente…à moins que votre tente soit une entrée de gamme, les coutures n’ont pas tendance à bouger.

Le deuxième point important est l’imperméabilité. L’action des éléments (pluie, soleil) et également le stockage altère le DWR (durable water repellent), traitement de surface en polymère hydrofuge qui rend un tissu imperméable.

Si votre tente n’a que quelques sorties, un simple nettoyage avec un chiffon doux, de l’eau tiède et un détergeant bio suffira à raviver la déperlance. Si ce n’est pas le cas, nettoyez-la puis ré-imperméabilisez-la avec un spray (j’utilise cette marque : Nikwax). Pour cela, montez votre tente afin que la toile soit parfaitement tendue et glissez une bâche dessous qui dépassera de chaque côté. Pulvérisez du spray. Vous remarquerez que le tissus n’absorbe pas le produit. Avec un chiffon, vous pourrez l’étaler sur toute la surface de la toile et récupérer le trop plein qui aura coulé sur la bâche.

Dans la grande majorité des cas, la face interne de la toile extérieure est siliconée (enduction). On fini par se débarrasser d’une tente pour cette raison : le revêtement siliconé se fait la malle, il s’écaille. J’ai cherché sur les sites des marques une solution à ce problème mais (comme je m’y attendais un peu…) ils disent que c’est fichu pour votre tente, qu’il vaut mieux en racheter une ou bien ré-investir dans la toile extérieur si elle existe au détail…

Mais, vous pouvez par vous même, ré-enduire la face interne de la toile extérieure de votre chère tente ! Lé pas belle la vie ! Et c’est précisément maintenant que je vous sort le lien magique !

N’oubliez pas de contrôler la/les fermetures Eclair. Elles doivent pouvoir s’ouvrir et se fermer sans forcer.

Toile intérieure :

Pareil ! Contrôlez les fermeture Eclair. Si elles fonctionnent mal, vous pouvez toujours vous référer à la vidéo qui se trouve un peu plus bas dans l’article.

Si votre mesh (toile moustiquaire) est endommagé vous pouvez suivre les conseils  suivant pour le réparer :

Pour le footprint (le tapis de sol de la tente), il est important de contrôler si celui-ci n’est pas percé. Pour les petits trous, une goutte de Silnet (si le footprint est siliconé) ou alors de Seam Grip (si il ne l’est pas 😉 ).

La différence entre Silnet et Seam Grip :

En cas de déchirure, vous devrez alors le réparer avec un patch. Vous trouverez une vidéo un peu plus bas vous expliquant comment faire.

Sac de couchage :

Si votre sac de couchage est resté stocké un moment dans son sac de compression c’est déjà un mauvais point… En effet, qu’il soit synthétique ou en duvet, il n’aime pas rester comprimé, cela lui fait perdre son gonflant, ce qui nuit à l’isolation. Même si cela ne peut ne pas être pratique, le mieux est de le laisser rangé à plat dans un endroit sec et ventilé.

Le check up du sac de couchage est rapide : regardez déjà si du duvet essai de s’échapper par un petit trou. Si c’est le cas et même si il est très petit une petit plume sera certainement en train d’essayer de sortir. Une plume en amenant une autre, il est important de ne pas tirer dessus : vous allez agrandir le trou et irrémédiablement une autre prendra sa place. Avec une aiguille, faîtes la re-rentrer et déposez un goutte se Seam Grip afin de l’obturer. Attention cette colle fonctionne très bien mais demande un certain temps de séchage.

Si le trou est plus gros, voire s’il est déchiré, il faudra alors y mettre un patch :

Faites fonctionner la fermeture Eclair. Si celle-ci fonctionne mal vous pouvez tenter une action :

Si après quelques minutes à plat, votre sac n’a pas retrouvé son gonflant, vous pouvez tenter un nettoyage.

ATTENTION cette opération ne s’improvise pas et peux altérer les performances de votre sac de façon irrémédiable.

Pour cela je vous invite à suivre les conseils décrits dans un article que j’ai écrit il y a quelques temps et qui reste toujours d’actualité. (en fin d’article, sachant que vous pouvez le lire en entier également !).

Vêtements et accessoires imperméables :

Les opérations suivantes s’appliquent aussi bien aux vestes, pantalons et housses de protection imperméable.

Si vous avez un doute sur leur imperméabilité, vous pouvez les nettoyer et les ré-imperméabiliser sans risque. Mettez tout ce petit monde dans votre lave linge préféré avec un détergeant écologique (abîme moins les tissus techniques) à 30°. N’oubliez pas de faire deux rinçages pour être sûr qu’il ne reste pas de trace de lessive dans les pores des membranes.
Pour les ré-imperméabiliser, plusieurs choix s’offrent à vous. Re-laver avec un produit réactivant  l’imperméabilité ou bien par trempage, ou encore avec un spray. Comme pour la lessive, préférez des produits écologique. Encore ici, regardez ce que propose Nikwax , ce sont les produits que j’utilise (je ne suis pas sponsorisé…leur site est très didactique, vous allez apprendre plein de trucs que vous ne soupçonniez pas !).

Si jamais les vêtements sont troués ou percés vous pouvez procéder de la sorte. Sachant que pour les tout petits trous la méthode fonctionne également sur la plupart de vos vêtements techniques.

Attention ! L’exemple de la vidéo ci-dessus s’applique également aux vêtements imperméables. Pour cela il y a une petite variante : la réparation est sur les deux faces du tissu. Répétez la même opération que vous avez vu dans la vidéo en commençant par la face intérieure (commencez par la face intérieure puis extérieure).

Dans le cas d’une déchirure, il existe un kit de réparation qui fonctionne pour la plupart des membranes :

rando inside, randonner, équipement

Les chaussures :

De tout votre équipement, elles sont le lien qui vous relient au sol. Elles vous suivent dans toutes vos péripéties. D’une saison à l’autre elles subissent les aléas climatiques, votre poids et celui de votre sac ainsi que l’abrasion des terrains sur lesquels vous évoluez.

Notre démarche, la façon dont nous nous déplaçons, nous est personnelle, nous usons nos chaussures différemment d’un individu à un autre.

Par contre il est facile de les entretenir (encore faut il le faire…).

Entretien : lavage et imperméabilisation 

Tout d’abord, il est important de les nettoyer régulièrement afin de chasser la poussière qui altère la respirabilité ainsi que l’imperméabilité. Avec une eau légèrement savonneuse et une brosse, nettoyez toute la chaussure. Pour cela il va certainement falloir détendre au maximum les lacets afin d’atteindre tous les recoins. Quitte à détendre les lacets, profitez-en pour les vérifier. Au moindre doute, changez les (prenez en un ou mesurez le avant d’aller dans votre boutique préférée, il en existe de plusieurs longueurs). Rincez vos chaussures à l’eau claire et faîtes les sécher à l’air libre naturellement (attention le soleil et les sources de chaleur altère véritablement les matériaux !!!).

Pour les ré-imperméabiliser, cela dépend des matériaux qui les composent.

Pour des chaussures en cuir (avec ou sans membrane imperméable) passez une crème adaptée après quelques sorties.

Bon, vous allez réellement croire que je suis sponso’ (et non toujours pas !) mais leur vidéo est claire.

Pour les chaussures synthétiques avec de larges parties en mesh et une membrane imperméable c’est un peu pareil. Lavez-les à l’eau légèrement savonneuse et rincez-les bien deux fois (afin qu’il ne reste pas de détergeant dans les pores de la membrane). Faîtes-les sécher dans un endroit ventilé et éloigné de toutes sources de chaleur. Vous pourrez les ré-imperméabiliser avec un spray. Faîtes en sorte de prévoir l’opération de ré-imperméabilisation au moins un jour avant votre sortie.

ATTENTION : Après ces opérations, si vous prenez l’eau sur le dessus de la chaussure, à l’avant, au niveau de la pliure, c’est que la membrane s’est peut être déchirée.

rando inside, randonnée, équipement

Dans ce cas là il n’y a pas d’alternative…vous continuerez à prendre l’eau. Même si vos chaussures sont encore bonnes, ne partez pas furieux en direction du magasin où vous les avez achetées afin de réclamer un quelconque remboursement (ça c’est déjà vu…), c’est peut être aussi votre déroulé naturel de pied ou encore un mauvais entretien qui peut en être la cause…

Rangement 

Le mieux est de les ranger propres et ré-imperméabilisées (au besoin) et lacets faits afin que la partie haute de la tige ne s’affaisse pas. Évitez, pour les chaussures en cuir, de les ranger dans un lieu humide car il y a de fortes chances qu’elle moisissent.

Semelles intérieures / extérieures 

Intérieures :

Si vous possédez vos chaussures depuis pas mal de temps, contrôlez les semelles de propreté (celles sur lequel votre pied repose). Si jamais elles sont tassées, changez les. Vous pouvez trouver des modèles très simple et d’autres plus élaborés. Certains magasins vous propose des modèles moulés sur mesure.

Dans le cas où vos chaussures vous paraissent un petit peu petites, des semelles intérieures plus fines augmenteront le volume interne.

Extérieures :

Comme je le rappelais plus haut, de tout votre équipement, les chaussures sont un élément essentiel. Partir marcher avec un doute sur l’état de vos semelles ne va pas vous aider à avoir l’esprit tranquille.

rando inside, randonnée, équipement

Comme le montre la photo ci-dessus, la semelle est bien attaquée et commence à se décoller. Le peu de matière à l’avant incite à la prudence car si cette partie se décolle, il y a des chances que vous terminiez votre rando avec une semelle qui baille…

Pour des chaussures de bonne qualité, il est tout à fait possible de les faire ressemeler dans le cas où la tige est encore bonne. Compter en moyenne 80 euros pour un ressemelage. Si vos chaussures coûtent moins de 140 euros (en moyenne aussi…), posez-vous la question du bien fondé d’une telle opération.

Sac à dos :

Comme le reste de l’équipement, il y a deux-trois petites choses à contrôler sur son sac à dos. En premier, et même si ce n’est pas essentiel, le fait qu’il soit propre lui procurera une une durée de vie accru. La poussière qui s’installe dans le tissus va « aider » l’eau à mieux pénétrer à l’intérieur… Comme pour votre tente, l’intérieur du sac à dos est souvent siliconé et la surface extérieure possède un DWR qui peut être restauré (pour un sac ayant peu servi) par un lavage et un séchage doux au sèche linge (l’action de la chaleur est importante pour restaurer le DWR). Pour les sacs à dos ayant déjà pas mal de sorties, répétez les opérations précédentes. Il peut être difficile de mettre un sac à la machine à laver car certains d’entre eux possèdent une structure rigide (arceaux en aluminium ou carbone). Avec plus ou moins d’effort et de doigté, il est possible d’enlever les arceaux pour faciliter l’entrée du sac dans votre machine à laver. Si vous n’y arrivez pas, une brosse souple et une éponge feront très bien l’affaire également.
Un point important à vérifier également sont les boucles plastique.
rando inside, randonnée, équipement
Il est tout à fait possible d’en réparer une si jamais elle est cassée. Il suffira d’aller en chercher dans une boutique ou bien commander en ligne.

N’oubliez pas de contrôler les coutures ainsi que les fermetures Eclair.

Kit de réparation :

Pour clore ce dossier, il est important de souligner que la prévention vous préservera de certaines grosses galères…

N’hésitez pas à emporter dans votre équipement un kit de réparation pouvant comporter :

  • Du duct tape (scotch renforcé)
  • Fil et aiguille
  • Une boucle de sac à dos
  • Des patchs et du Seam grip
  • Un multi-outil de qualité (par exemple, la marque Leatherman)
  • Le morceau de tube pour réparer un arceau de tente (vendu avec votre tente)
  • De la cordelette

Le résumé en plus « light » ici :

En attendant de vous retrouver dans le prochain article, je vous souhaite de belles balades !


 

Pour plus de trucs et astuces, téléchargez ma vidéo ici :

Abonnez-vous et Téléchargez ma vidéo gratuite


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

7 astuces pour randonner léger

Sac de couchage : Les 10 conseils d’entretien

Autonomie en haute montagne avec un 33 litres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *