7 astuces pour randonner léger

Comment randonner léger en 7 points :

Je vous propose aujourd’hui un dossier qui me tient particulièrement à cœur, la randonnée légère (voire ultra-légère).

Il existe déjà plusieurs articles sur le sujet. Je veux ici parler avec mon expérience et surtout vous fournir un article rapide à lire, concis, sans entrer dans les détails trop techniques. Cet article se veut être un outil facile et utilisable tout de suite.

En 7 points, je vais partager avec vous cette philosophie qui consiste à ne prendre que l’essentiel, afin de profiter au maximum de la marche et des paysages traversés.

rando inside, randonner, randonner léger

Comme beaucoup, avant de partir avec un sac de 8 kg pour trois jours d’autonomie, j’ai randonné en mode semi-remorque. Boîtes de conserve, bouteille en verre, tente 3 places pour une personne, sac de 70 litres… En gros, vingt kilos sur le dos pour une crevette de soixante cinq. Résultat ? Je regardais mes pieds dans la montée, je fermais les yeux pendant les courtes pauses et analysais critiquement les descentes à tel point qu’au final, je me couchais avec les hanches et le dos en vrac sans avoir profité d’autres choses que du poids extrême de mon sac.

Désormais c’est l’inverse, je pars confiant car je sais que j’ai exactement ce dont j’ai besoin dans le dos et peux profiter pleinement du pourquoi je marche : la découverte des territoires et de leurs habitants.

Pourquoi randonner léger :

  • Permet d’économiser ses articulations et ainsi d’éviter certains traumas dans l’avenir. Moins d’échauffements et de douleurs au niveau des pieds.
  • Vous êtes plus stable et donc plus tranquille dans les montées et les descentes. Vous êtes plus à l’aise également dans les passages techniques et mobile en cas de problème.
  • Porter moins = moins de fatigue
  • N’emporter que le nécessaire vous permet de prendre un « extra » : Kindle, livre, jumelles…
  • Enlever les éléments que l’on met « au cas où » permet d’emporter plus de nourriture par exemple, afin de gagner en autonomie.

1 : Ne prendre que l’essentiel

Il est sûr que l’essentiel dépend de chacun d’entre nous . Il est ici question de ne pas mettre dans son sac le « au cas où » qui l’alourdit, parfois de façon considérable . Ce premier point consiste à bien se connaître en randonnée. Il est difficile pour un débutant de trouver le juste équilibre entre suffisance et sécurité et c’est pour cela que la préparation de son sac est étroitement liée à l’itinéraire de randonnée choisi. Par exemple, il n’est pas nécessaire de prendre une deuxième bouteille d’eau si l’on croise un village tous les trois kilomètres ou encore, pourquoi s’entêter à prendre une paire de chaussettes par jour alors que l’on peut laver dans un cours d’eau ou un évier. Prendre l’essentiel, c’est ne pas emporter les gadgets inutiles, le confort superflu.

rando inside, randonnée, pic saint loup

Mon sac pour le printemps = 8kg au totale pour trois jours d’autonomie en nourriture et 1,5 litres d’eau

2: Halte aux idées reçus

L’ équipement qui fait principalement perdre du poids dans un sac à dos est tout ce qui est relatif au couchage : tente, sac de couchage, matelas.

Je citais plus haut mes premières randonnées avec une tente trois place pour moi seul = 2,8 kg

J’emportais également un sac de couchage tp° confort 5 degrés (sur le papier…) en synthétique d’un supermarché du sport = 1,2 kg

Un matelas auto-gonflant de cette même marque = 800 gr

En gros 5 kilos d’équipement juste pour le couchage.

Il existe désormais des solutions légères et de prix variés. Pour ma part, ma tente, que je monte avec mes bâtons de marche, pèse 1158 gr et m’ a couté 125 euros.

Pour en savoir plus sur ma tente c’est ici : http://rando-inside.com/equipement/tente

Pour le sac de couchage, j’ai préféré monter en gamme avec un modèle fabriqué en France et garni en duvet d’oie : 980 gr

Pour en savoir plus sur mon sac de couchage c’est ici : http://rando-inside.com/equipement/sac-de-couchage

Pour le matelas, un mousse alvéolé de 390 gr : http://rando-inside.com/equipement/matelas

En tout je suis passé de 4,8 kg à 2.6 kg soit 2230 gr et uniquement sur le couchage. (prenez une charge de 2,5 kg à bout de bras, vous comprendrez mieux 😉 )

Les MUL (marcheur ultra-léger) économisent encore du poids en dormant sous des tarps pesants de 300 à 800 gr selon les modèles :

rando inside, randonnée, pic saint loupÉvidemment, en cas de temps trop mauvais, l’expérience ainsi qu’un sursac de couchage fera la différence.

Autre idée reçue : les chaussures tiges hautes. Regardez les coureurs d’ultratrail et les chemins sur lesquelles ils progressent ! vous avez la réponse. Un sac léger vous déséquilibrera moins qu’un 50-70 litres et couplé avec une paire de bâtons, le risque de se tordre la cheville sera divisé. Pour ma part et avec une cheville fortement dégradée j’ai fait mon choix : sac léger, bâtons de marche, chaussures de trail. Chaussures qui sèchent radicalement plus vite qu’une paire de grosses…

3 : Débrouille et bricolage

S’alléger, c’est faire marcher sa cervelle jusqu’au moindre détail : Couper le manche de sa brosse à dents, revoir les conditionnement, tant sur ce qui touche à l’alimentation qu’à sa trousse de toilette :

trousse de toilette et conditionnements

Vous pouvez dès à présent regarder le sac à dos que vous utilisez à la journée comme équipement qui contiendra votre nécessaire de bivouac…N’hésitez pas à recouper les sangles trop longue qui pendent ; les petits ruisseaux font les grandes rivières et c’est en éliminant quelques grammes par-ci par-là que vous vous allègerez considérablement. Une bouteille de soda est bien plus légère qu’une gourde et moins chère aussi. Pour les bricoleurs, certains fabriquent même leur sac à dos, tente, sac de couchage, vêtements…

4 : Un objet = plusieurs utilisations

Par exemple : une cordelette me sert à attacher mon matelas mon sac à dos, de corde à linge, de lacet de rechange et de hauban pour rigidifier ma tente.

Ma popote me sert aussi bien pour le café du matin que pour les autres repas. Ma veste de pluie qui est donc coupe vent remplace une softshell. Pas de redondance dans l’équipement.

Pour faire simple, quand vous faites votre sac, posez-vous la question des différentes utilisations des objets sélectionnés, cela vous aidera à éliminer le superflu.

rando inside, randonnée, randonner léger

juste un clin d’œil au chapitre 😉

5 : Bien s’organiser

Je parlais plus haut du « au cas où » qui pèse lourd. Pour l’éviter, il est important de bien s’organiser. Pour moi, cela commence par une étude détaillée de l’itinéraire. Je repère sur la carte les endroits où je pourrais refaire de l’eau et me réapprovisionner en nourriture afin de ne pas porter pour rien. Un coup d’œil également sur différents sites météo de qualité afin d’avoir une idée des vêtements à emporter. Je pourrai également citer ce que j’ai développé plus haut concernant les conditionnements : pour le savon, il sert pour me laver et pour des lessives d’appoint, inutile de le prendre en entier, il suffit de couper un morceau qui durera le temps de la marche. Déodorants et autres artifices comme le gel ou le maquillage ne vous serviront à rien, mieux vaut avoir une hygiène régulière et faire des petites lessives.

6 : Gadgets et consommation

Le piège à éviter et d’accumuler une panoplie de petits gadgets ultras légers. Certes le plaisir à l’achat sera présent mais vous risquez de les regretter après quelques heures de montées…Comme je le présente dans mon stage, vous seul connaissez vos besoins, ne laissez pas les marques vous dicter ce qui est utile pour vous. En réfléchissant à cela, vous apprendrez l’art du recyclage (voir : débrouille et bricolage).

7 : interdépendance

Vous aurez peut-être remarqué, mais toutes les astuces citées ci-dessus ont une corrélation les unes aux autres. Il est important d’avoir un aperçu global de ce qu’est la randonnée légère. Les « trucs » de cet article peuvent être réfléchis et mixés d’un chapitre à l’autre car tout se recoupe. Par exemple, vous choisirez le litrage de votre sac à dos en fonction de ce que vous aurez à mettre dedans. Pour cela, faîte une simulation de remplissage dans un sac poubelle (dont vous connaissez le litrage) comme si c’était votre sac à dos. Cela vous donnera la contenance dont vous avez réellement besoin. Vous économiserez quelques centaines de grammes de sac vide. De plus, ces grammes économisés pourront être de la nourriture en plus ou un livre…tout est lié.

rando inside, randonnée, randonner léger, pic saint loup

mon sac pour trois jours en autonomie

Et la sécurité la dedans ?

Il est clair qu’un sac léger vous rend plus mobile, plus stable. Randonner léger n’est pas un choix entre sécurité et confort, c’est juste trouver votre propre équilibre. Rien ne vous empêche de repenser votre trousse de secours, il existe des sujets sur cela, et rien ne vous empêche non plus de prévoir un peu plus de nourriture ou un vêtement thermique supplémentaire. C’est uniquement le faire en connaissance et en conscience.

rando inside, randonnée, marcher, confortAvant de penser « achat », débarrassez-vous du superflu et quitte à remplacer du matériel, échanger un objet contre un autre plus léger : sardine de la tente = acier/alu contre titane, couteau suisse par Opinel, gourde par bouteille de sodas…

Hé hé, je sens que vous allez regarder votre équipement d’un autre œil !


 

Abonnez-vous et téléchargez ma vidéo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *